La vie de Martin Nadaud > Eveil d'une conscience politique = présente page

Témoin de son siècle L'enfant de la Creuse Migrant parmi ses compatriotes Eveil d'une conscience politique L'Angleterre sa seconde patrie Retour à la vie publique Un élu actif et moderne Le patriarche de la Martinèche Orateur et homme de plume Parmi ses comtemporains

Précédente Suivante

Martin Nadaud, éveil d'une conscience politique

"Quel tableau! Pour un enfant qui sortait de son village; c'était un coup d'oeil grandiose, au-delà de toute expression, que de voir tout un peuple dans la rue..."

 

Barricade rue Soufflot - Paris Février 1848

 

 

Martin assiste aux évènements de 1830. En 1834 il entre à la Société des Droits de l'Homme qui coordonne les activités politiques et républicaines.

Il devient un animateur influent du café Momus.

En 1840, il participe à l'une des premières grandes grèves des ouvriers du bâtiment.

Il découvre les écrits des théoriciens socialistes, Cabet, Proudhon, Louis Blanc et se passionne pour l'étude.

 

En 1848 Martin NADAUD prend une part modeste à la révolution en participant à l'occupation de la mairie du XII° arrondissement et à l'envahissement des Tuileries.

 

 

Martin Nadaud représentant du peuple

 

Martin Nadaud député

 

Après un échec en 1848, il est élu député de la Creuse en 1849. Il apprend son élection sur le chantier de la mairie du Panthéon.

Il est ainsi avec Agricol Perdiguier l'un des premiers ouvriers à entrer à la Chambre. Son activité parlementaire intense (9 propositions de loi) en fait l'un des leaders de la Montagne. Il participe aux grands débats sur la protection sociale et sur les questions économiques, construction et grands travaux. Il propose une loi sur l'expropriation pour cause d'utilité publique (repoussée et votée en 1862 sous l'Empire).

C'est au cours d'une intervention à la Chambre en 1850, qu'il prononce la phrase célèbre:

"A Paris quand le bâtiment va, tout va..."

 
 

Palais Bourbon

 

Chantier

 

 

Haut de page                    Informations légales  -  [!]                   Imprimer cette page